Figure humaine avec arc - Valtorta, Espagne

Actualités et RDV

   L'association Castrum-Vetus
       Contacts
       Infos pratiques
   Le Musée
       Préhistoire
       L'âge des métaux
       L'antiquité
       La géologie
   Le sentier de découverte
   Activités
       Musée
           Participation aux Journées de l’Antiquité, du Patrimoine de Pays, de l’Archéologie, du Patrimoine Européen, et à la Fête de la Science
           Sorties
           Voyages
           Conférences
           Expositions
   Assemblées générales
   Actualités et R.D.V.
       Musée
       Carnaval
   Où sommes-nous ?
   Liens conseillés
   Accueil
































































 


SAMEDI 25 JANVIER 2020....
à 17 H......dans la salle de conférences du musée


.
.

ESCLAVES CHRETIENS "L'OR BLANC"
DES PIRATES BARBARESQUES
EN MEDITERRANÉE


par
ROBERT STROZZI
association les Amis du Vieil Istres



Du IXème jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, parallèlement aux enlèvements des Noirs sur les côtes africaines, les pirates barbaresques font régner la terreur dans le bassin occidental de la Méditerranée.

Ils attaquent les galères chrétiennes, les navires de pêche ou marchands.
Sur la côte, de Martigues à Antibes, les pirates mettent pied à terre de nuit, font de brèves incursions en enlevant pêcheurs ou paysans, pour les vendre comme esclaves à Alger, Tripoli, Constantinople ou Alexandrie.

Cependant, des institutions laïques et ordres religieux vont se consacrer au rachat et à la libération de nombreux chrétiens, retenus pour certains depuis de nombreuses années.

Les Archives communales de Martigues (et d'autres cités de la côte) contiennent les noms de marins, pêcheurs, patrons-pêcheurs, paysans, détenus dans les bagnes d'Afrique du Nord ou de l'Empire ottoman.
Nombre d'entre eux auront pu être rachetés et sont retournés au pays.

.
.
.
.


IMPORTANT
FERMETURE DU SENTIER DE LA PREHISTOIRE
EN RAISON D' UN EFFONDREMENT DE ROCHES

.
.
.

Suite aux pluies intenses, un pan de l'entrée de la grotte du Figuier s'est détaché de la paroi rocheuse.
Il en résulte un risque d' éboulement important d'un rocher instable.

En conséquence, et par mesure de sécurité, un arrêté municipal du 20 novembre 2019 interdit la circulation physique ( piétons, promeneurs,..) depuis l ' abri sous roche de la Font-aux-Pigeons, aux escaliers taillés dans la roche,
jusqu'au Puits de Barbe.

L' abri de la Font-aux-Pigeons est compris dans cette interdiction.
.
.
.


NOUVELLE PRÉSENTATION D' UN VASE EXCEPTIONNEL
réalisé entre 5800 ans et 4300 ans avant J.C.
rarissime témoin de l' apparition de l' Agriculture en France.


.

Après une restauration réalisée à l'initiative de Mme Giry, responsable du musée, cet objet archéologique rare...un vase de grande dimension, du Néolithique Cardial ancien à triple anses superposées et cordons, découvert en 1972 aux environs de la commune de Châteauneuf-les-Martigues, à proximité de grottes sépulcrales néolithiques, est maintenant présenté dans une vitrine protectrice.

Mme Annie Volka, restauratrice professionnelle , a appliqué les techniques modernes de nettoyage et montage pour cette réalisation respectueuse des normes actuelles strictes de reversibilité.

Le projet a pu aboutir grâce au concours financier de la Municipalité de Châteauneuf-les-Martigues, de l' Association Les Amis de Castrum vetus, du Collectif du Four à Pain, qui,lors des Journées du Patrimoine remets en service l' ancien four du XIXème siècle situé face au musée au profit d'une œuvre sociale ou culturelle.

Ce vase est visible au musée tous les dimanches de 15 heures à 18 heures.


.



LE MEME VASE
BIEN Â L ABRI
DANS SA NOUVELLE VITRINE.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.........................................................................................................cliché D. Génot


OPPIDUM DE LA CLOCHE aux Pennes - Mirabeau.....un site à découvrir en visite guidée

Le site est une agglomération du second Age du Fer fondée vers le IIIème siècle avant J.C.Il a été entièrement remanié au début du Ier siècle avant J.C. et détruit probablement lors du siège de Marseille par les troupes de Jules César en 49 avant J.C.

Sur place, il subsiste des cases, rue à ornières, ruelles, remparts, citernes,...tandis que l' abondant matériel extrait du site ( linteau aux cranes fixés par des crampons de fer, céramiques...)est exposé en permanence au musée d' Histoire de Marseille.

La visite sous la conduite de Gérard Fauresse, spécialiste du site, est susceptible d' intéresser toute personne qui voudrait connaitre davantage la vie quotidienne de nos ancêtres locaux avant les Romains.
.
contact : castrum-vetus@neuf.fr
.
.
.
.
.

.



NOUVEAUTE : un livre paru en juin 2018.

Ce livre retrace l' historique des fouilles du Grand Abri ; il nous précise les périodes d' occupation du site à partir des travaux de datation récents effectués sur les charbons et les graines de blé et d'orge, les plus anciennes de France.

Il est en vente au prix de 15 euros au musée et dans les librairies.

Le Grand Abri de Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône) a été occupé durant la Préhistoire par deux populations distinctes. La première, au VIe millénaire avant notre ère, appartenait au Mésolithique, la seconde au Ve millénaire avant notre ère, au Néolithique ancien. La charnière entre ces deux périodes constitue un moment-clé durant lequel s’opère une révolution dans l’histoire de l’Humanité : les chasseurs-cueilleurs cèdent la place aux premiers paysans. Considéré comme un site majeur de la Préhistoire régionale et européenne, le Grand Abri de Châteauneuf-les-Martigues offre un témoignage capital pour évoquer
cette transition et les modes de vie de ses occupants : la chasse, la pêche et la collecte des coquillages pour les Mésolithiques ; la culture des céréales et l'élevage des ovins pour les premiers agro-pasteurs.
.
.
.
.


LE 6 JANVIER 2019,
ANNIVERSAIRE DE LA DECOUVERTE DU GRAND ABRI
PREHISTORIQUE DE LA FONT DES PIGEONS
.
...il y a exactement 120 ans, le 6 janvier 1899, le géologue Joseph Répelin découvrait le gisement préhistorique dénommé
« abri Répelin » qui deviendra « abri de la Font-des-Pigeons »
Au cours de cette année, Il y pratiquait les premières fouilles, secondé activement par sa jeune épouse.




Joseph Répelin (1862-1942) fut membre de la Faculté des Sciences de Marseille durant cinquante-six ans, tout d'abord en tant qu'étudiant puis en tant qu'enseignant. Licencié ès sciences naturelles en 1888, il soutint une thèse sur « l'étude géologique des environs d'Orléansville » (aujourd'hui Chlef, Algérie) en 1895. Il gravit un à un les échelons de l'Université devenant tour à tour préparateur, chargé de conférences, chargé de cours, professeur titulaire et enfin Professeur honoraire en 1932.

Joseph Répelin marqua significativement l'étude géologique de la Provence, mais aussi celle du bassin aquitain et de l'Algérie. Il fut attaché au « Service de la Carte Géologique de France » et de la « Carte Géologique d'Algérie ». Il aida ainsi à l'élaboration de la carte géologique à 1/80000 de très nombreuses feuilles du Sud-Ouest de la France et à la révision de celles de Marseille et d'Aix-en-Provence. Ses publications couvrirent aussi bien le domaine de la stratigraphie et de la paléontologie que celui de la tectonique, de la géographie physique et de la préhistoire.

Il entreprit de classer la collection paléontologique de Matheron dont les 40000 pièces ( 7000 espèces ) étaient rassemblées au Musée d'Histoire Naturelle de Marseille ; il fit aussi la description de nombreux mammifères du Tertiaire du Bassin d'Aquitaine et du Bassin de l'Arc, et de mollusques du Crétacé supérieur du Midi de la France. On lui doit une monographie géologique sur le massif de la Sainte-Baume, une étude géologique et hydrologique de La Crau, ainsi qu'une étude du séisme de Provence de 1909.

Extrait du site internet : CEREGE




A l'entrée du tunnel autoroutier situé en haut du parking du Vieux Château, une plaque commémorative à la mémoire
du géologue Joseph Répelin, inventeur du site, a été apposée le dimanche 22 septembre 2019 ;
la cérémonie a été honorée par la présence de descendantes de la famille Répelin.



.
.


FLOREAT CASTRUM VETUS AMICI...ITE AD MUSEUM...!

.
.
.


Retour haut de page